CHARTE DE LA SOCIETE SUISSE DE PHYTOTHERAPIE MEDICALE

1) Quel est le sens que donne la SSPM à la phytothérapie ?

La phytothérapie est la discipline qui utilise les plantes médicinales de façon adéquate et rationnelle pour traiter les maladies humaines ; l’être humain y figure dans sa totalité et sa complexité de façon prépondérante et occupe une position centrale tout au long de la thérapie.
En plus de ce que nous ont transmis les générations antérieures sur les vertus thérapeutiques traditionnelles des plantes médicinales, de nouvelles connaissances ont été acquises sur leur mode d’action ; celles-ci ont contribué à apporter un éclairage nouveau dans le domaine thérapeutique ce qui a permis à la phytothérapie de prendre un essor croissant.
La phytothérapie présente la particularité de préférer le Totum végétal (c’est à dire la plus grande partie possible de molécules actives entrant dans sa composition) à l’un de ses principes actifs isolés, que ce soit la plante entière ou l’une ou l’autre partie de la plante qui soit utilisée. Les phytomédicaments sont des mélanges complexes pluritissulaires. La phytothérapie n’a pas de méthodologie scientifique à proprement parler mais elle est une discipline fondée sur la connaissance scientifique des matières premières et des substances naturelles de notre environnement qui ont été sélectionnées au cours des siècles pour la thérapeutique ou qui ont fait leurs preuves dans la médecine actuelle (pharmacognosie). Les substances phytothérapeutiques ont la particularité de posséder un spectre d’action large et d’agir sur l’organisme malade de manière globale et physiologique sans s’opposer brutalement à un symptôme. C’est pourquoi on peut ranger la phytothérapie dans le domaine des médecines complémentaires. La phytothérapie exige du médecin qui y a recours une anamnèse et un diagnostic soigneux ainsi qu’une connaissance précise de cette discipline afin d’utiliser l’arsenal phytothérapeutique de manière adéquate. Une autre caractéristique propre à la phytothérapie est la sécurité d’emploi des plantes médicinales dont les effets secondaires sont rares si l’on en fait bon usage.

2) Quel est le rôle de la SSPM ?

La SSPM assure le développement de la phytothérapie conformément à ses statuts comme une branche de la médecine empirique. Elle veille à ce que les phytomédicaments soient reconnus comme de vrais médicaments. Elle met au service de la médecine comme « bagage » thérapeutique un répertoire de phytomédicaments où tous les principes actifs proviennent soit de plantes entières soit de parties de plantes soit encore de préparations à base de plantes. Par rapport aux phytomédicaments la SSPM se profile donc comme un chaînon entre la médecine empirique et une médecine orientée vers les sciences naturelles.

3) Quels sont les buts de la SSPM ?

La SSPM donne à la phytothérapie les moyens de se faire reconnaître largement comme une discipline de la médecine moderne auprès des Instituts de la Santé Publique en particulier :

·        les Caisses Maladies
·        l’OFAS (Office fédéral de la Santé Publique)
·        Swissmédic
·        la FMH (Fédération des Médecins suisses)
·        la SSP (Société suisse des Pharmaciens)
·        les Hautes Ecoles et les Universités plus spécialement les Facultés de Médecine
·        ainsi que les institutions oeuvrant dans le cadre de la politique nationale de la santé

La SSPM soutient et encourage la recherche scientifique ayant trait aux phytomédicaments plus particulièrement en ce qui concerne la qualité, la sécurité d’emploi et l’efficacité des produits phytothérapeutiques auprès :

·      des Universités et Hautes Ecoles de Suisse
·      des Programmes de recherche scientifique en Suisse
·      des Fabricants et Laboratoires de phytomédicaments
·      s’assure l’aide de contacts internationaux

La SSPM garantit une formation de base et une formation continue en phytothérapie pour les médecins, pharmaciens et autres scientifiques intéressés par la phytothérapie.

La SSPM s’efforce d’intégrer la phytothérapie dans le programme des études de médecine et à développer cette formation dans les écoles de pharmacie.

La SSPM œuvre à ce que la phytothérapie soit reconnue par la population comme une branche de la médecine et qu’elle soit dispensée par des spécialistes.

La SSPM encourage dans le cadre de ses possibilités la qualité de la formation en phytothérapie auprès d’autres professionnels de la santé.

4) Quelles sont les activités de la SSPM ?

Pour atteindre ses buts la SSPM :

·        offre une formation de base complète et une formation postgraduée en phytothérapie
·        organise des manifestations et des réunions en phytothérapie et en informe si possible les médias de ses résultats
·        participe aux consultations et discussions des groupes de travail politiques touchant au domaine de la santé
·        prend position lors des votations sur les sujets ayant trait à la politique de la santé
·        participe et encourage la réalisation de travaux en phytothérapie et à les publier
·        cherche à établir des contacts pour la formation et la recherche
·        collabore avec les institutions qui sont ouvertes aux objectifs de la phytothérapie