Salle comble à Lausanne – grand intérêt pour la phytothérapie et le stress

La "2ème Journée Romande de Phytothérapie Médicale" a également trouvé la résonance espérée. Le comité romand avait choisi avec "La phytothérapie pour gérer les situations de stress" un thème passionnant pour cette journée. Les intervenants ont mis en lumière divers aspects du stress, thème de cette journée. Il est apparu clairement que le stress est un sujet compliqué du point de vue médical. "Comment mesure-t-on le stress", s'est questionné le Dr. Orlando Petrini dans son intervention sur la preuve d'efficacité du ginseng. Cette question n'a pas pu être clarifiée et a été approchée partiellement pour le ginseng par des mesures des réactions du système immunitaire à l'application de ginseng. Le praticien est cependant régulièrement confronté à des symptômes de stress chez ses patients – le syndrome du burnout est omniprésent. Le Dr. Pierre Schulz (Faculté de Médecine, Hôpitaux Universitaires de Genève) a essayé de décrire la phénoménologie et les causes, mais aussi l'utilité du stress et a pu conseiller diverses stratégies de régulation, comme l'activité sportive. Le Prof. Kurt Hostettmann (Université de Genève, Ecole de Pharmacie Genève-Lausanne) a présenté avec "Rhodiola rosea" la "plante du jour": cette plante de la famille des Crassulaceae, qui pousse aussi dans certaines régions des alpes suisses est en ce moment le secret pour diminuer le stress, et semble avoir trouvé une large diffusion dans le domaine du sport. Des préparations standardisées ne sont pas encore disponibles en Suisse dans les canaux officiels; en Allemagne et en Suède, ils sont commercialisés comme compléments alimentaires. La plante est en concurrence avec les adaptogènes connus à ce jour, en particulier le ginseng et l'éleuthérocoque, même s'il n'y a pas de préparation enregistrée en Suisse à base du ginseng sibérien. Ces plantes étaient au centre de l'intervention du Dr Jean-Michel Morel, Besançon, qui, comme "médecin généraliste" a pu rapporter ses bonnes expériences pratiques avec la gemmothérapie, en particulier les bourgeons de Ribes nigrum. Pour les enfants, il recommande pour fortifier les défenses immunitaires le jus riche en vitamines du fruit de l'argousier. Le Dr. Pierre-Olivier Tauxe, Lausanne, voit un grand potentiel dans l'aromathérapie, qui excite les sens et agit en contre-poids aux facteurs non contrôlés du stress. Avec les massages et les nébulisations, qui favorisent un climat tranquillisant, l'aromathérapie dispose de formes d'application spéciales, qui sont cependant bien adaptées à cette problématique. Les systèmes nerveux répondent très vite à l'aromathérapie, raison pour laquelle une huile calmante est administrée la veille d'un examen, alors qu'une huile essentielle plutôt excitante doit être donnée juste avant l'épreuve. Il a montré également que le stress était très souvent la cause de rétention d'eau, qui peut être compensée par l'huile essentielle de genévrier.
Un des médicaments qui a connu le plus grand succès contre le stress, souvient lié à de l'anxiété, a été le kawa ou kawa-kawa, qui n'est plus disponible. Mme Irene Wohlfahrt de Berlin a montré de quelle manière le retrait du marché du kawa par les autorités suisses, allemandes et d'autres pays européens, était inexplicable et injustifié. De nouvelles données soutiennent la remise en question de cette décision, qui a eu des conséquences fâcheuses pour nombres de cultivateurs en Polynésie. Une renaissance du kawa devrait ête une question de temps, une révision de cette décision n'est cependant pas encore en vue, bien que le kawa est encore utilisé dans de nombreux pays hors de l'Europe sous une forme traditionnelle ou moderne (extrait standardisé). Une revue de l'éventail des plantes sédatives a été apportée par le Prof. Robert Anton, Faculté de Pharmacie, Université de Strasbourg, alors que le Dr. Pierre-André Fauchère, de la Clinique Romande de Réadaptation, Sion, a décrit la difficulté de la prise en charge des troubles somatoformes, qui se manifestent souvent par une fatigue permanente. L'origine de ces troubles n'est pas clairement identifiable et en conséquence le traitement est difficile. Il s'agit de prendre en charge les patients, afin d'améliorer leur qualité de vie. La phytothérapie peut être une option.
Les acides gras omega-3 sont ces derniers temps de plus en plus au centre de la discussion. Selon le Prof. Jean-Robert Rapin, Université de Bourgogne, Dijon, une nutrition correcte peut remettre sur les rails des dérèglements dus au stress au niveau du système cardio-vasculaire. Ce sujet sera repris lors de la prochaine grande "Jahrestagung" de la SSPM le 29 novembre 2007 à Baden, sur le thème "Phytothérapie und microcirculation".
Une nouvelle manifestation remarquable sur le thème de la phytothérapie a pris fin à Lausanne – l'Hôtel Mövenpick a fait en sorte, par un environnement calme et des pauses et repas soignés et de bon goût, que seuls les intervenants ont éventuellement ressenti un peu de stress. Christian Terreaux, vice-président de la SSPM, a mené comme d'habitude la journée de manière équilibrée et a pu se réjouir avec ses collègues du succès de cette journée. Les intervenants ont résumé leurs conférences, qui peuvent être lues dans le cahier spécial No 37, édité pour cette Journée romande, de la revue française "La Phytothérapie Européenne", ainsi que dans le No 38 (Mai/Juin). Abonnements par e-mail à : groupemeditions@wanadoo.fr

Dr. med. Pierre Schulz

Prof Kurt Hostettmann

Dr. med. Jean-Michel Morel

Dr. med. Pierre-Olivier Tauxe

Irene Wohlfahrt

Dr. Orlando Petrini