Journées politiques pour la SSPM

Pendant la session à Berne, la lutte électorale avec ses singulières altercations de ces dernières semaines a fort heureusement passé au second plan et la vraie politique a repris ses droits. Mais pour ce qui est de la médecine complémentaire, les débats ne sont souvent pas très scientifiques. Comme prévu, l’initiative pour la médecine complémentaire n’a pas passé le cap du Conseil national. Dans les discussions qui ont suivi, il était clair que ceux qui refusent l’initiative le font avec des arguments qui à notre point de vue sont pratiquement indéfendables. Le conseiller national Triponez, Président de la Commission de la sécurité sociale et de la santé publique (CSSS), ne veut manifestement pas savoir que non seulement les processus de reconnaissance des prestations de médecine complémentaire, mais aussi ceux de l’introduction d’une formation professionnelle pour les thérapeutes réglementée au niveau national, ont été bloqués par l’OFSP sans aucune transparence.

Ce qui était moins prévu, c’est l’acceptation par la suite d’une motion au Conseil des Etats, qui a eu pour mandat de réévaluer trois méthodes de traitement refusées. Il fallait encore qu’elle soit acceptée au Conseil national pour être renvoyée au Parlement. Si le Conseil fédéral va vouloir examiner cette motion est une question encore ouverte, car la réévaluation des méthodes est en fait du ressort de la Commission des prestations et de l’OFSP. Le Conseil fédéral se réfère généralement à leurs évaluations. La phytothérapie est tombée sous le coup des compromis (fais trois avec cinq, ce n’est finalement pas si mal) de la motion de Madame Forster, de St-Gall. La SSPM a pris contact avec Madame Forster pour lui expliquer la situation de la phytothérapie. La SSPM a réagit à ces débats par deux communiqués de presse et par l’initiative, insistant bien sur l’admission des cinq méthodes dans l’assurance de base. La SSPM recommande d’élire des parlementaires favorables à la médecine complémentaire le 21 octobre. Il y en a maintenant dans pratiquement tous les partis, même si leur répartition n’est pas très homogène. Un listing ad hoc se trouve sur la homepage de l’initiative.
Déclaration du Conseiller fédéral Couchepin au Parlement sur la motion Forster.
Motion Forster: Lien