L’Assemblée Générale de la SSPM pour la première fois en Romandie

Pour la première fois l’Assemblée Générale de la SSPM a eu lieu en Romandie. Le Comité en a confié l’organisation à Damien Decrey. Il est regrettable que sur le lieu de rassemblement au Laténium d’Hauterive (NE) seule une vingtaine de personnes ait répondu présent et cela malgré un programme culturel attractif. Le musée archéologique neuchâtelois qui a ouvert ses portes au bord du lac en 2001 est résolument moderne et lumineux et donne un aperçu de l’archéologie du canton dont les objets proviennent des fouilles effectuées pour la plupart sur les rives du lac. Les salles du musée sont disposées de façon faire un tour à travers les âges depuis l’époque de la préhistoire (une mâchoire de néanderthalien a été retrouvée et datée d’environ – 150000 ans AC) jusqu’au Moyen-Age. Parmi les trouvailles les plus intéressantes citons les constructions sur pilotis et une barque extrêmement bien conservée dans son milieu qui fut utilisée à l’époque romaine pour le transport de blocs de calcaire local, appelée pierre jaune de Neuchâtel , jusque sur le site d’Aventicum. Par la suite les édifices de la ville de Neuchâtel furent construits avec cette même pierre jaune issue des mêmes carrières. D’importantes fouilles ont été effectuées avec succès et ont ramené de nombreux objets qui remontent à l’âge du fer notemment au lieu dit de « la Tène » près de Marin appartenant à l’époque celtique ; le nom de la Tène, comme d’ailleurs celui de Cortaillod, sont restés en archéologie comme des noms de référence à une époque et un style particulier du Néolithique. Depuis la baie vitrée du musée on aperçoit le site de la Tène proche de l’embouchure de la Thièle qui est actuellement occupé par un camping. Par conséquent la visite de ce magnifique musée est incontournable !

En deuxième partie le Professeur honoraire Kurt Hostettmann a entretenu l’assemblée d’une conférence sur l’histoire des plantes à travers les âges. Les plantes médicinales ont d’ailleurs eu une influence sur l’Art et le déroulement des guerres dans l’Histoire. L’Absinthe, utilisée dans le vermouth et le pastis, est très présente chez les peintres impressionnistes. Ceux–ci étaient très « impressionnés » par la turbidité laiteuse engendrée par l’adjonction d’eau à l’absinthe comme le démontrent de nombreux tableaux au tournant du XXème siècle. Van Gogh était un addict de l’absinthe. Plusieurs historiens de l’Art admettent le rôle qu’a joué la Digitale dans l’expression coloristique des tableaux de ce même Van Gogh ; en effet de nombreux tableaux de ce dernier vers la fin de sa vie ont une dominante jaune ce qui ne laisse aucun doute sur la perception « jaune » des objets que le peintre voyait et qu’il peignait. Ceci est dû à une intoxication provenant du traitement digitalique que lui administrait son médecin le Dr. Gachet ; en outre l’image de la fleur même « Digitalis Purpurea » est souvent représentée dans ses œuvres. Dans un autre registre et durant la guerre de Cent Ans les Anglais ont vaincu les Français grâce à l’utilisation d’arcs en bois d’if, ce qui leur permettaient de fabriquer des arcs plus longs et plus souples, de mieux bander leur arc et de tirer des flèches plus percutantes depuis une position plus éloignée. Pendant la première guerre mondiale les soldats français absorbaient de la Passiflore pour traiter leur anxiété, mais les avis des historiens d’aujourd’hui divergent. Aucune firme n’a eu jusqu’à présent le courage d’en éprouver la véracité. Les Solanacées étaient utilisées au Moyen-Age par les sorcières qui en enduisaient le manche de leur balai avant de les chevaucher. Par résorption transvaginale les alcaloïdes atropiniques (surtout la scopolamine) leur donnaient des hallucinations et leur procuraient la sensation de voler. Lors de la deuxième guerre mondiale il semble que la prise de Solanacées lors du débarquement du 6 juin ait eu un effet favorable pour prévenir le mal de mer des soldats et les rendre plus aguerris. La Scopolamine en patch transdermique développée après guerre est effectivement utilisée pour ce même usage. Toujours lors de la deuxième guerre mondiale les pilotes anglais qui effectuaient des bombardements nocturnes sur l’Allemagne étaient bourrés de myrtille avant leur mission ce qui améliorait leur acuité visuelle. Enfin, last but not least, le premier et seul végétal qui a repoussé après quelques semaines à Hiroshima sur le lieu immédiat où explosa la bombe atomique était un Gingko biloba, plante reconnue comme extrêmement résistante à de multiples facteurs de stress, pollution, sécheresse etc. D’ailleurs c’est l’arbre qui domine sur le pourtour de Central Park à New York.

La séance proprement dite de l’Assemblée générale a été ouverte et présidée par notre président, le Dr. Roger Eltbogen et comptait 16 personnes membres en droit de voter ainsi qu’un hôte extérieur, Monsieur Heinz Bosshardt de la firme Max Zeller et fils S.A., l’un de nos sponsors les plus fidèles. Le protocole du déroulement de l’assemblée paraîtra d’ici quelques jours sur le site internet www.smgp.ch avec annonce sous la rubrique « actuel. » L’assemblée s’est déroulée dans les 2 langues nationales français et allemand et pour les sujets plus complexes , le Dr. Christian Terreaux les a traduits en français.


Voici en bref les décisions les plus importantes :
Michael Walkenhorst est nouvellement nommé membre du comité central et représentant de la section vétérinaire. Il a été voté décharge des comptes au caissier Christophe Bachmann. Il a pu de nouveau faire état d’une augmentation substantielle du capital (CHF : 11.818.-).
Le budget équilibré a été accepté, la cotisation des membres reste à CHF : 200.- par année. Quelques nominations de membres libres : Dr Georg Angele, Axel Brattstroem, Roger Kalbermatten et Otto Knuesel.

L’assemblée a pris fin par le vote du membre libre en la personne de Christine Linherr, pour qui le comité est reconnaissant de son travail accompli pour les membres. Le vote a été ponctué d’un applaudissement. Christine Linherr a offert aux membres participants à l’assemblée un roborant sous la forme d’une boîte de baies de Goji.