4ème journée romande de phytothérapie médicale
La phytothérapie intégrée à la médecine allopathique classique: une évidence ou un challenge?

Un Suisse allemand résume
Ce thème était déjà la garantie pour une journée très intéressante organisée par Dr Christian Terreaux comme toujours d‘ une manière parfaite. La 4ème journée de phytothérapie a eu lieu le 18 mars 2010 dans l’hôtel Mövenpick à Lausanne-Ouchy.
Le premier intervenant était le doyen de la phytothérapie romande, Prof Kurt Hostettmann, professeur honorair des universités Lausanne et Genève. Prof. Hostettmann, dans sa manière toujours passionnante et plaisantine, parlait de l’influence immense des plantes médicales sur la médecine moderne. Beaucoup de principes actifs comme la Galantamine ou la loperamide se réfèrent sur des principes actifs végétaux.
Dr méd Théodore Hovaguimian, psychiatre et psychothérapeute à Genève, expliquait dans son exposé les différentes idéologies et concepts thérapeutiques des maladies psychiques. Et il montrait le changement fondamentale des ces idéologies et concepts dans les différentes époques de la psychiatrie. Selon M Hovaguimian la phytothérapie est au milieu des différentes thérapies psychiatriques, entre les thérapies „douces“, des thérapies à base psychologique, et les traitements „forts“ représentés par les médicaments psychotropes.
Prof Dr méd Reto Kressig, médecin en chef de gériatrie, hôpital universitaire de Bâle, mettait au point que ce n’est pas l’âge qui détermine l’état des personnes dans le troisème âge mais la fragilité de ces individus. M Kressig expliquait les différentes modifications physiques et psychiques provoquées par la vieillesse. Et il soulignait que les personnes dans le troisième âge peuvent se tenir en bon ètat grâce à une manière de vie saine et conséquente. La santé dans la vieillesse ne dépend pas de l’âge mais de l’état physique et psychique.
Dr méd Pierre-Oliver Tauxe, interniste à Lausanne, parlait dans son exposé de sentir et de toucher, des sens négligés par la médecine moderne et il soulignait l‘ importance des ces sens pour notre bien-être. Dr Tauxe présentait plusieures plantes médicinales qu‘ il utilise sous forme d‘ aromathérapie dans son cabinet médical contre plusieures problèmes de santé.
Prof Dr méd Paul-André Despland parlait au sujet de phytothérapie et neurologie, et il disait que grâce à Prof Hostettmann il est denvenu amateur de la phytothérapie. Prof Despland  expliquait comment des médicaments végétaux lors de plusieures maladies avec une source neurologiques, comme migraine, fibromyalgie ou sclérose en plâques, peuvent initier d‘une manière positive une thérapie ou agir comme co-thérapeutique très util.
C’ était Prof Dr méd Maurizio Grandi, professeur d’ oncologie et d’immunologie à Turin, qui fesait une excursion historique-culturelle à travers l’histoire des odeurs. Selon le prof Grandi il n’ y a pas eu de changement depuis l’ aube de la culture humaine. Les odeurs, pour l’homme avaient depuis toujours un sens aussi magique-religieux que médical. Quelques parfums utilisés depuis des milliers d’années ont par exemple un effet antibactérien. Selon prof Grandi les cellules se servent de biophotones pour la communication interne et externe.
Ler dernier intervenant était Dr méd Georges van Snick, médecin généraliste à Bruxelles, dont le thème était phytothérapie dans le traitement du cancer. Dr van Snick mettait au point dès le début qu’ un traitement d’ un cancer exclusivement avec des médicaments végétaux est impossible. Mais il soulignait avec beaucoup d’exemple que de tels médicaments peuvent être très utils en tant que traitement complémentaire d’ une thérapie de cancer. Pour mieux supporter des cytostatiques le Chardon-Marie peut p.e. préparer la foie ou la mauve, la chamomille etc. peuvent préparer les intenstins à la thérapie cytostatique. Dr van Snick ordonne souvent des toniques ou des adaptogènes avant ou après, mais jamais pendant une chimiothérapie. D’ autres plantes médicinales sont utiles contre les vomissements, contre l’inappétence et contre des douleurs, comme le gingembre, la gentiane, la griffe du diable etc..
Après les conférences les participants pouvaient poser des questions. Pendant les pauses il y avait des discussions animées parmi les participants au sujet des exposés et d’autres thèmes. Il y avait aussi plusieurs stands de maisons pharmaceutiques qui présentaient leurs produits végétaux. Ces stands étaient aussi des centres de groupes de discussions.


Dr. Théodore Hovaguimian
Prof. Reto Kressig

Prof. Kurt Hostettmann, Dr. Christian Terreaux.