Cours de Phytothérapie du 31 mars 2011
La Phytothérapie dans l’environnement des Médecines complémentaires.

Quelques 35 participants se sont regroupés dans une salle de l’UNIL pour faire le tour des différentes disciplines dites de médecines complémentaires. Il était important de faire ce tour d’horizon à la fois historique, politique et économique puisqu’elles vont être prises en charge par l’assurance de base en 2012. C’est ce que nous a donc évoqué avec force détails la Dresse Barbara Kramer avec tous les enjeux, toutes les conséquences et les implications politiques et économiques que cela va engendrer sans parler des stratégies futures à programmer pour que ces disciplines soient reconnues à l’avenir de façon définitive. Puis Suzanne Cornaz nous a parlé de médecine chinoise en restant très pragmatique avec quelques exemples d’utilisation de plantes chinoises. Ensuite vint un exposé clair et précis du Dr. André Michel autant qu’on puisse le faire pour une discipline aussi complexe et étendue qu’est l’acupuncture. Même si la conférence est restée plus théorique que pratique, elle avait l’avantage d’être captivante par sa clarté ; le Dr. Michel a bien insisté sur l’importance d’une bonne anamnèse et d’un bon contact dans la relation médecin-patient pour pratiquer cette discipline holistique. L’homéopathie nous a été présentée par l’ancien président de la SSMO, le Dr. Bruno Ferroni. Il s’agissait d’un survol intéressant et global de cette méthodologie si particulière que demande l’homéopathie pour approcher encore une fois de façon holistique la pathologie du patient. Il a en outre insisté sur la complexité de la procédure lorsque l’on doit et veut prescrire un remède qui tient compte de tous les symptômes du patient.

Le programme n’aurait pas été complet si la parole n’avait pas été donnée à un anthroposophe. Ah ! Merveilleuse anthroposophie ! Combien captivant fut l’exposé du Docteur Gérard Savournin ; la salle était silencieuse et buvait littéralement les paroles d’un orateur tranquille : l’approche du monde végétal et vivant par la phénoménologie goethienne, ou comment reconnaitre dans le monde l’unité dans la multiplicité,  comment comprendre l’interaction du minéral avec le végétal et inversément. Comment utiliser ces grands principes de la cosmologie à des fins thérapeutiques. La transformation d’une plante dans les étapes de sa métamorphose fait penser qu’il y a quelque chose d’invisible dans les intervalles des différentes étapes. Et chez l’être humain ces deux tendances où la partie médiane du thorax bat dans des rythmes différents : le cœur vers le bas et le poumon orienté vers le milieu aérien, et tout cela dans un merveilleux équilibre. Nous aurions pu l’écouter des heures mais le temps passait et il fallait quand même parler de Phytothérapie : encore un vaste sujet qu’a su résumer de façon attractive le Professeur Kurt Hostettmann en nous parlant des principales plantes utilisées dans ce domaine, des dangers d’une prescription sans rigueur. C’est ce que nous fit dans un cours magistral avant de nous séparer..