Rapport du 7 février 2013 : Phytothérapie et système gastro-intestinal

Environ vingt participants ont bravé les frimas de ce bel hiver pour assister à ce cours de phytothérapie et  gastroentérologie  à Lausanne-Dorigny.

Après l’accueil du Dr. Pierre-Olivier Tauxe, nous avons le plaisir de débuter avec la Drsse. Barbara Kramer, médecin en Valais. En premier lieu sont évoqués les troubles de la sphère digestive supérieure : le traitement des aphtes par exemple, nécessite  des plantes à tanins comme par exemple l’Hamamelis, la Camomille, la Sauge et surtout l’écorce de Chêne, utilisée sous forme de macérat  glycériné (MGDH1). La dyspepsie, quant à elle, est soulagée par des substances amères contenues dans la Gentiane jaune (en TM ou en EPS), la racine de Gingembre, le Curcuma, le  Galanga  ... Puis elle passe en revue  toute la gamme des « Amara » : Tonica, Acria, Mucilaginosa, Astringentia et Diuretica comme le Taraxacum off. et le Cynara scolymus. Les spécilaités ne sont pas oubliées : le Bilifuge®, l’Iberogast®, le Gastrosan®, les  gouttes Amara® de Weleda. Elle expose un cas clinique où le patient a vu ses douleurs diminuées de 90% grâce à l’HE d’Ocimum Basilicum, sous forme de capsules.

Si nous manquons d’appétit, ou que nous avons des  crampes intestinales, des flatulences et des ballonnements, n’oublions pas l’Artemisia absinthium L. (Asteraceae). Son huile essentielle contient entre autre de la thuyone, neurotoxique, et des principes amers (les lactones sesquiterpéniques). Le Professeur K. Hostettmann nous rappelle qu’avec la tisane, il n’y a aucun risque de toxicité car la thuyone est insoluble dans l’eau, mais attention : elle est soluble dans la l’alcool ! Il nous parle aussi de l’Iberis amara, de la Grenade (Punica granatum L.) et des différentes sortes de Menthe (Mentha piperita, Mentha spicata, Mentha aquatica, Mentha arvensis). Ces dernières sont excellentes  contre les crampes intestinales et  l’hyperactivité du gros intestin. (Colpermin® capsules.) N’oublions pas l’Ananas (Ananas comosus L. Merr., Bromeliaceae) contenant de la bromélaïne (broméline) qui est une enzyme protéolytique.  Donc l’Ananas frais agit sur les protéines, il facilite la digestion et contribue à la guérison des ulcères gastriques. L’Ananas n’agit donc pas sur les graisses comme certains malins veulent  le faire croire ! La consommation des Fraises (Fragaria vesca) est associée à une diminution des lésions précancéreuses selon une étude américaine du 6.4.2011. Après avoir présenté un grand nombre de plantes le Prof. K. Hostettmann termine avec la nouvelle star : l’Aronia, (Aronia melanocarpa), plante originaire d’Amérique du Nord, cultivée aujourd’hui dans la région d’Aubonne. Les  teneurs  particulièrement  élevées en antioxydant donnent à l’Aronia un rôle important dans la prévention des maladies cardiovasculaires, des maladies  neuro-dégénératives et du cancer.  Affaire à suivre, donc... !

Puis le Docteur Pierre-Olivier Tauxe, médecin, souligne l’importance de l’écosystème intestinal pour bénéficier d’une santé optimale grâce à un système immunitaire efficace. Immunité et intestins sont liés ! Puis il passe en revue toutes les plantes du système gastro-intestinal. En aromathérapie il préconise les Hydrolats (HA de Verveine et de Camomille par ex.) pour leur action douce, car souvent, dans un premier temps, les plantes, et en particulier les huiles essentielles, aggravent l’irritation de surface. Le printemps est la saison idéale pour régénérer notre foie : utilisons donc l’Hydrolat de Romarin à Verbénone (Rosmarinus officinalis verbenoniferum). Cette plante contient  une cétone monoterpénique très peu neurotoxique et l’Hydrolat de Carotte (Daucus carota). Le Ledum groenlandicum en HE ou en HA est aussi un excellent draineur hépatique et régénérateur hépatocellulaire, également détoxiquant et régénérant général, anti-inflammatoire et antibactérien. La régulation des troubles fonctionnels peut se faire en utilisant une association de plantes, comme celles qui se trouvent dans l’Iberogast ® par exemple : les « procinétiques » comme l’Iberis amara et la Chélidoine (Chelidonii herba),  les « spasmolytiques » comme le Cumin (Carvi fructus), la racine de réglisse (Liquiritiae radix), les fruits du Chardon-Marie (Cardui mariae fructus), les feuilles de Mélisse (Melissae folium) , une plante spasmolytique procinétique : Mentha piperita et une plante spasmolytique procinétique la fleur de Camomille (Matricaria flos). Dans un contexte «somato-émotionnel» à tropisme digestif les préparations spagyriques et les  mélanges d’HE/HV ayurvédiques sont particulièrement puissants. Le terrain neurovégétatif est très sensible aux actions des plantes. Le Dr. Tauxe, avec la phytoaromathérapie ouvre la voie pour une médecine de la conscience.

Puis nous partons au Tibet avec le Dr. Christophe  Bachmann, pharmacien ! Il nous explique avec brio les principes de base de la pharmacologie tibétaine. Aujourd’hui nous avons deux médicaments enregistrés  et fabriqués en Suisse pour le système gastro-intestinal par la maison Padma. Les formules proviennent d’ordonnances tibétaines transportées en Suisse lors de l’occupation chinoise en 1953.  Les médicaments tibétains peuvent  contenir de 3 à 20 composants tant minéral que végétal. Chaque ingrédient est très peu dosé, il est donc très bien toléré par l’organisme, il n’y a pratiquement  pas d’effets secondaires mais une grande synergie d’action ! L’organisme reçoit ainsi beaucoup d’impulsions différentes et peut ainsi retrouver son équilibre par ses propres moyens. Les 5 éléments : Terre, Eau, Feu, Vent, Espace, composent  l’axe central de la médecine tibétaine. Ces 5 éléments sont représentés en nous par les 3 Energies corporelles (rLung l’énergie motrice, Tripa l’énergie échauffante, et Beken l’énergie refroidissante). Le Padma Digestin® fabriqué en Suisse est déjà mentionné dans les traditions tibétaines du 8ème siècle. Il se compose de graines de Grenade, de Galanga, de Cannelle de Chine, de graines de Cardamome et de Poivre long. Selon les recherches récentes les substances piquantes telles que la pipérine du Poivre long, les gingerols et les diarylheptanoïdes du Galanga procurent une sensation de chaleur agréable et stimulante de l’abdomen. Pris au long cours, ils rééquilibrent la communication entre le SNC et le système neurovégétatif en désensibilisant les voies de signalisation surexcitées.

Nous terminons cette journée riche en enseignement par le chapitre « Cholérèse et Foie, une approche scientifique du drainage ». Le Dr. Serge Vassart, médecin venu de Belgique, nous explique en détail la physiologie hépatique, la cholestase, l’Insuffisance hépatique et la cytolyse hépatique. Attention : on ne draine pas un foie insuffisant ! L’approche thérapeutique est nuancée, il nous rappelle que la détoxication consiste à modifier une molécule de façon à rendre possible son élimination par les émonctoires (action sur les radicaux, la solubilisation, la conjugaison...). Beaucoup de plantes sont citées, en voici quelques-unes : Cynara scolymus, les feuilles d’artichaut riches en flavonoïdes, favorisent certaines phases du métabolisme hépatique (augmentation du cycle de l’urée, action anti-stéatosique  par augmentation du métabolisme des lipides...), le Silybium marianum, semences de Chardon-Marie, riche en Silymarine. Ce principe actif étudié dans le cadre de l’hépato-toxicité liée à l’éthanol, aux anti-tuberculeux, aux cytostatiques, à la phalloïdine, au CCl4, à la Galactosamine, aux métaux lourds etc. Le  Legalon® de Madaus existe en ampoules et est utilisé en perfusion en cas de faillite hépatique : 20-50 mg./kg répartis en 4 perfusions par jour. N’oublions pas le Desmodium ascendens  (alcaloïdes indoliques et acides gras insaturés) pour la protection et la régénération du tissu hépatique. Le Dr. Vassart nous met en garde contre les plantes médicinales hépatotoxiques, souvent le mauvais usage est mis en cause et il cite les interactions médicamenteuses liées aux plantes médicinales. Il termine en beauté par l’étude de 3 cas cliniques et nous propose de consulter le site : www.phytotherapie.be.

La jeunesse au premier rang

Anne Séchaud une participante contente

Barbara Kramer écoute une question

Monsieur et Madame Hosettmann se réjouissent et se reposent après sa conférence

Pierre-Oliver Tauxe modérateur du cours

Serges Vassart, Bruxelles, en pleine action