Excursion pharmacobotanique du 29 juin 2013 à Fully, Saxon et Saillon

Journée pluvieuse s’il en fût une (des cordes tout le jour !!) ... au cœur du Valais, pour découvrir une région inscrite dans l’inventaire des sites  d’importance nationale : Les Follatères, la région la plus sèche de Suisse dotée d’un climat méditerranéen. Une vingtaine de participants s’engage  sur  le coteau entre Saxon et Fully  sur la rive droite du Rhône, dessinant le coude du fleuve. Les  Follatères offrent une mosaïque de biotopes, ce qui permet la coexistence, dans un espace restreint de centaines d’organismes qui, normalement, s’excluraient. La géomorphologie et son climat particulier  jouent un rôle déterminant.
Dès l’attaque serrée du coteau  tous sont attentifs aux explications de notre guide le Professeur honoraire Kurt Hostettmann. Le premier arbuste rencontré est l’argousier* (Hippophae rhamnoides  , Elaegnaceae), à ne pas le confondre avec l’arbousier (Ericacée). Les fruits de l’argousier contiennent ≈ 1500 mg de vitamine C  pour 100 gr. de fruits et de la vitamine E.  Actuellement nous  avons des prescriptions de 1 gr. de vitamine C et 300 mg. de vitamine E par jour pour la prévention de la maladie d’Alzheimer (par sa capacité à dissoudre les plaques d’amyloïdes). Nous admirons la belle  orlaya blanche à grandes fleurs menacée en Suisse ( Orlaya grandiflora, Apiaceae),  la vipérine bleue (Echium vulgare L., Boraginaceae) également thermophile,  l’armoise champêtre (Artemisia campestris, Asteraceae),  la molène ou bouillon blanc (Verbascum thapsus, Scrophulariaceae). Les fleurs de cette dernière sont riches en mucilage et en saponines.  Elles sont utilisées en tisane pour les irritations des voies respiratoires  grâce à ses  propriétés  émollientes.  Devant l’églantier, notre guide nous rappelle qu’autrefois, la plante était censée soigner la morsure des chiens d’où son nom Rosa canina.  Le cynorhodon (pseudofruit rouge orange de l’églantier) est riche en tanins aux propriétés désinfectantes et cicatrisantes.  Une magnifique  orobanche blanche (Orobanchacée), plante parasite (sans chlorophylle) sur le thym serpolet côtoie un orpin blanc (Sedum album, Crassulaceae). Attention à l’arbrisseau nommé Fusain d’Europe ou Bois carré (Euronymus europaeus,Celastraceae),  plante toxique : les feuilles, les fruits et les graines contiennent des alcaloïdes et des résines, les graines sont riches en hétérosides cardiotoxiques.  La promenade du matin se termine avec  l’oponce commune  (Opuntia humifusa,  Cactaceae)  rare en Suisse, car ce figuier d’Inde ne se trouve que dans le Valais central, à Brigue, dans les Grisons et au Tessin. En quittant ce célèbre coteau, haut lieu helvétique de l’ornithologie, de la botanique et de l’entomologie, nous ne pouvons nous  retenir  d’avoir une pensée émue pour Helmut Gams (1893-1976), botaniste autrichien,  auteur d’une célèbre monographie de 760 pages « Von des Follatères zur Dent-de-Morcles » parue en 1927.  Depuis, tous les naturalistes travaillant en Valais s’y réfèrent car l’œuvre est impressionnante,  une géobotanique totale,  des algues aux essences forestières,  et dont les espèces en référence le sont avec des dénominations qui vont  du latin au patois !!... Plus près de nous et plus simple à consulter : l’intéressante thèse de Raymond Delarze  sur les pelouses steppiques valaisannes !
Après une délicieuse raclette offerte  par la firme pharmaceutique Permamed  SA (représentée par Madame Danièle Decrevel et sa charmante fille Chloe , 6 ans, impressionnée par les escargots en vadrouille sous la pluie...) nous partons à la découverte du goji * (Lycium barbarum L., Solanaceae) à Saxon.  Les fruits oblongs orange rouge de cet arbuste figurent dans la Pharmacopée traditionnelle chinoise ; ils sont utilisés depuis plus de 2500 ans ! Le dosage recommandé est de 5 à 12 g de fruits séchés par jour (à mettre dans du yogourt 1heure avant de les consommer par exemple). Ces fruits séchés contiennent des polysaccharides, des caroténoïdes,  des vitamines,  la B1 (thiamine),  la B2 (riboflavine),  la C (acide ascorbique),  des flavonoïdes, des acides gras et des acides aminés libres (proline et taurine). Indications : vertiges, troubles de la vision, transpiration nocturne, infertilité, fatigue etc.
En fin d’après-midi, le soleil daigne nous faire un clin d’œil pour la dernière visite : le charmant  « Jardin médiéval » entourant la belle église de Saillon.  Nous découvrons les plantes les plus caractéristiques utilisées en Valais entre le Xème et  le XVIème siècle. Nous pouvons comparer l’arbousier (Arbutus unedo) et l’argousier, contempler un grenadier en fleur (Punica granatum L., Punicaceae)*. La célèbre vigne à  «Farinet », la plus petite vigne du monde, (3 ceps), étant toute proche,  le Dr Sierro de Conthey nous raconte brièvement l’histoire de ce faux monnayeur, défendu par la population de Saillon.  Cette intéressante journée se termine joyeusement autour d’un bon verre de cornalin.  What else ?
Et surtout  un immense merci  à la maison Permamed  SA ainsi qu'au Professeur Kurt Hostettmann qui, année après année,  nous permettent de perpétuer  ces merveilleuses excursions, la première par son aide financière, et le second  par son autorité épistémique et ses anecdotes toujours intéressantes, jamais lénifiantes et souvent truculentes.

C.Devanthéry  & D.Decrey & B.Fehlmann

* Hostettmann K. «  Tout savoir sur les plantes Anti-Age » Ed.Favre 2013 (p.178,179,180 et 163,164,165)