Une solution politique inscrit à l’avenir la Phytothérapie dans l’assurance obligatoire des soins

A deux reprises déjà, la Société suisse de Phytothérapie SSPM a demandé avec insistance à la commission fédérale des prestations et des principes CFPP que soit enregistrée la phytothérapie dans la liste de remboursement obligatoire des soins. Ces demandes ont été refusées avec des réponses peu satisfaisantes. Il en a été de même pour les autres médecines complémentaires. Lors de la première requête, le constat a été le suivant : On n’a pas eu des documents clairs pour documenter et prouver que ces méthodes soient efficaces, adéquates et économiques. Lors de la seconde demande, des formulaires ont été retravaillés mais sans apporter le bénéfice espéré. La commission a constaté de prime abord, que les procédés utilisés n’étaient pas adaptés pour juger des méthodes comme la phytothérapie.
Sur cette base, le DFI fait maintenant la proposition que, dès la fin de la phase transitoire, à savoir dès le 01.01.2017, ces méthodes soient prises en charge définitivement par l’assurance obligatoire des soins. Cela s’inscrit dans la suite de l’initiative « Oui à la médecine complémentaire » acceptée par contre-projet dans la Constitution Fédérale Article 118a. Les 2 et 3 mai, les médias ont relayé cette information du Département Fédéral de l’Intérieur et de l’Office Fédéral de la Santé de manière plus ou moins détaillée, d’abord aux associations concernées, parmi lesquelles notamment UNION et DAKOMED.
Seules certaines prestations controversées seront évaluées, selon leur efficacité, leur adéquation et leur économicité. Pour une telle démarche, un groupe de professionnels, mené par le Dr. Roger Eltbogen, président de la SSPM, doit être constitué pour élaborer des critères et des processus. Le Conseil Fédéral acceptera (espérons-le), un paquet global. Ainsi, les chances de voir la Phytothérapie comme prestation médicale selon TARMED augmenteront. Les textes nécessaires à cet enregistrement sont prêts dans les règlements provisoires, pourtant la situation auprès de TARMED n’est pas débloquée, c’est pourquoi les médecins qui ont obtenu le Certificat de Capacité en Phytothérapie n’ont pas la validation pour la phytothérapie auprès de l’assurance obligatoire des soins pour le moment.

Communiqué de presse (pdf)
En allemand: Medienmitteilung DAKOMED/UNION (pdf)